Gwendy et la boîte à boutons de Stephen King et Richard Chizmar

Gwendy et la boîte à boutons de Stephen King et Richard Chizmar

Un nouvel écrit de Stephen King vient de sortir en français, cela valait bien une petite chronique, non?

IMG_20180911_183505_633.jpg

genre : novella, fantastique

Pourquoi j’ai choisi ce livre / cet auteur ?

Stephen King est mon auteur préféré, tout simplement. Comme je ne vais pas répéter le pourquoi, je vous invite à lire cette même rubrique dans ma chronique de Désolation de l’auteur où je vous explique tout. En ce qui concerne Richard Chizmar, je ne le connais pas, et de ce fait il m’est difficile de savoir dans quelle mesure cet auteur a influencé la tonalité de ce livre. Il faut tout de même savoir qu’il est le fondateur de la maison d’édition Cemetery Dance Publications, qui publie notamment des anthologies d’histoires d’horreur, donc on est en droit de s’attendre à une complémentarité certaine avec King.

J’ai choisi ce livre tout simplement parce qu’il vient de sortir, et que comme toute fan qui se respecte j’étais curieuse de le découvrir. De plus, j’adore les nouvelles, en général l’auteur prend plus de libertés et surtout le champ des possibles pour la fin est infini.

 

Résumé (sans spoil)

Gwendy est une jeune fille mal dans sa peau : ronde et bonne élève, la proie rêvée pour certains garçons du collège. C’est l’été, elle décide de se prendre en main pour laisser le surnom « bibendum » derrière elle à la rentrée.

Au cours d’une de ses promenades son chemin croise celui de Richard Farris. Elle ne le connaît pas mais lui la connaît très bien. Il veut même lui faire un cadeau : une belle boîte à boutons. Elle peut donner des friandises qui paradoxalement l’aideront à atteindre ses objectifs. Elle peut également répondre à des désirs aux conséquences imprévisibles. Et potentiellement destructrices. Quels choix Gwendy va-t-elle faire ?

 

Mon avis

Je vais tenter de donner mon avis sans spoiler, mais je serai volontairement pour cette fois un peu plus brève qu’à l’accoutumée : en effet, l’intrigue est relativement simple et efficace, et j’ai avant tout envie de vous transmettre l’envie de la lecture.

L’intrigue se déroule sur plusieurs années, ce qui permet d’apprécier à long terme les effets de la boîte sur Gwendy. Les tourments de Gwendy restent assez superficiels, j’aurais même aimé que les auteurs aillent plus loin et mettent la protagoniste principale un peu plus à l’épreuve.

Le thème de la boîte mystérieuse qui donne un pouvoir étroitement lié à la personnalité de son possesseur mais qui a le pouvoir insidieux de le corrompre est à mon sens particulièrement intéressant, tant il renseigne sur les mystérieux ressorts de la nature humaine. Est-on bon par choix ou par défaut ? La nouvelle est une contribution plutôt modeste à cette énigme.

On appréciera les quelques scènes d’horreur, on regrettera aussi que certains détails se révèlent finalement assez anecdotiques : les pièces d’argent par exemple, assez intrigantes, ne sont finalement qu’un prétexte au service de l’intrigue alors que j’en attendais un peu plus.

Comme vous l’aurez compris, j’ai trouvé cette lecture très distrayante, même si je reste sur ma faim une fois le livre refermé.

 

Mon personnage préféré

Cette fois ça va être difficile de répondre à cette question : il s’agit d’une nouvelle, par conséquent King n’a pas pris la peine de développer beaucoup de personnages en dehors de Gwendy. Et pour tout dire, je m’attendais à ce que la boîte ait plus d’emprise encore sur elle (probablement mes attentes biaisées par le fait que je m’attends à lire le King noir des nouvelles). Exceptionnellement, joker !

 

Un passage qui m’a marquée

La rencontre entre Gwendy et Richard Farris est bien entendu assez intrigante. Qui est ce monsieur certes affable et bien mystérieux ? Il ne faut jamais parler aux inconnus, Gwendy le sait bien, mais malgré les appréhensions que suscite cet étrange personnage la curiosité est plus forte (et on se surprend, tout bon parent qu’on peut être, à se dire « mais vas-y, on veut savoir ! »)

 

Citation

« le lendemain matin, Gwendy se réveille recroquevillée dans son placard. Elle serre entre ses bras la boîte à boutons, tel un amant fidèle ; son pouce droit repose à un centimètre du bouton noir.

Réprimant un hurlement, elle retire vivement la main et sort du placard à quatre pattes en crabe. […] Gwendy a plus que tout envie de s’enfuir – claquer la porte derrière elle et ne jamais revenir – mais elle sait que c’est impossible. Alors, que faire ? »

 

Bonus

Le thème de la boîte magique aux pouvoirs mystérieux m’a immédiatement fait penser au film « The box ». En voici le résumé wiki, je vous recommande chaudement de le voir :

« En 1976, les Lewis vivent au-dessus de leurs moyens dans un quartier pavillonnaire de Richmond, en Virginie. Un matin à l’aube, ils reçoivent un paquet contenant une boîte noire surmontée d’un bouton-poussoir rouge et l’annonce de la venue d’un dénommé Arlington Steward, défiguré par une grave brûlure de la joue gauche.

La journée se passe et la vie et les tourments du couple sont dévoilés. Norma enseigne la littérature dans l’établissement où son fils est élève, mais elle subit la curiosité morbide d’un élève pour sa claudication. Travaillant à la NASA, Arthur est ingénieur pour le programme Viking d’exploration de Mars. Le jour où le paquet arrive, ils apprennent par ailleurs l’échec de leurs espoirs professionnels et financiers.

La mystérieuse proposition d’Arlington Steward va hanter les heures suivantes. S’ils appuient sur le bouton, une personne qu’ils ne connaissent pas mourra mais ils recevront un million de dollars. S’ils n’appuient pas, le bouton sera reprogrammé et la proposition faite à une personne qui ne les connaîtra pas. »

Pour votre parfaite information, il s’agit de l’adaptation de la nouvelle « le jeu du bouton » de l’incontournable Richard Matheson, pour tout amateur de science-fiction qui se respecte (« je suis une légende », ça vous parle ?). Une autre adaptation a d’ailleurs été réalisée, pour la série La cinquième dimension. Il s’agit de l’épisode 20b de la saison 1 « Appuyez sur le bouton » (Button, Button).

9782081353145

via Chroniques

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’ai vraiment apprécié ce petit livre

    Aimé par 1 personne

    1. La p'tite Isa dit :

      Oui il est très sympa 😊

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s