Hellraiser de Clive Barker

Pour ma 2e chronique, je vous présente le livre qui a inspiré la saga culte Hellraiser.

IMG_20180825_100434_177

genre : horreur, fantastique

Pourquoi j’ai choisi ce livre / cet auteur ?

Alors pour être tout à fait honnête, je n’avais vu aucun des films Hellraiser, bien que je connaisse évidemment le personnage de Pinhead (celui qui est représenté sur la couverture).

C’est tout simplement l’excellente chronique du blogueur Tomabooks qui m’a donnée envie d’y jeter un œil, les deux même. J’étais un peu en panne sur une autre lecture : cette histoire étant très courte (150 pages environ), cela me permettait de faire une petite pause, a priori courte mais intense.

J’admets également que le nom de Clive Barker, considéré comme un des grands noms de l’épouvante, ne pouvait que m’intriguer un jour ou l’autre !

 

Résumé (sans spoil)

La promesse d’un monde de plaisirs, même au travers de la souffrance, était trop belle pour Franck Cotton, un homme aventureux revenu de tout, pour la laisser passer. Les Cénobites, théologiens de l’Ordre de l’Entaille, entendront bien son appel et l’emmèneront pour un voyage sans retour.

Quelques temps plus tard, son frère Rory, accompagné de sa femme Julia, emménage dans la maison familiale plein d’espoir pour commencer une nouvelle vie.

Mais cette bâtisse, où Franck a autrefois disparu, renferme des secrets. Un jour Rory se blesse, mais toute trace de sang disparaît d’elle-même sans que personne ne se l’explique.

Seulement Julia, autrefois maîtresse éphémère de Franck, entend l’appel de sang de cette chambre sombre, l’appel désespéré de son ancien amant. Y succombera-t-elle, et à quel prix ?

 

Mon avis

Afin d’avoir une idée des attendus d’un public averti, familier avec la franchise cinématographique, j’ai regardé « Hellraiser : le pacte » cette semaine (à 6h du mat, rien de tel pour commencer sa journée dans la joie et l’allégresse, non ?).

Pour ceux qui l’ont vu, vous ne serez pas guère surpris par le déroulé des évènements (si on excepte la fin, que j’ai trouvé particulièrement grotesque). Bien entendu, à mon sens rien ne vaut la lecture du livre, tant son réalisme et sa sobriété sont saisissants. Rappelons que Clive Barker est l’une des figures les plus emblématiques du splatterpunk, qui consiste à s’inspirer de l’esprit désabusé et nihiliste du punk pour l’appliquer au fantastique.

Amateurs d’horreur gratuite et de gore, passez votre chemin. Certes vous trouverez des scènes de violences assez crues. Le sang scelle intimement la vie et la mort, l’un n’existe pas sans l’autre. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est avant tout une histoire d’amour, de désir et de mort que Barker nous conte. Jusqu’où peut-on aller pour retrouver l’être aimé, à quel moment atteint-on le point de non-retour, quitte à se perdre ?

J’ai beaucoup apprécié ma lecture, mais j’en garde un sentiment d’inachevé, telle une promesse qui n’aurait pas été tenue. Clive Barker pose les fondements d’un mythe sans l’explorer complètement. Je suis restée sur ma faim, mais cette première incursion dans son univers m’a donné envie d’assouvir cet appétit auprès d’autres de ses œuvres.

 

Mon personnage préféré

L’auteur nous dépeint des personnages plus antihéros que héros. Chacun détestable à sa manière, en adéquation avec ce qu’on peut attendre du splatterpunk : égoïstes, lâches, impitoyables, désabusés. De ce fait il n’y en a pas un qui a attiré ma sympathie plus qu’un autre.

Pour cette fois je vais ruser et dire que le personnage qu’on retiendra le plus de Hellraiser sera celui qui est passé à la postérité dans l’univers de la pop culture, Pinhead donc, bien qu’il ne s’agisse en réalité pas d’un élément essentiel de l’histoire.

 

Un passage qui m’a marqué

Sans conteste l’apparition des Cénobites, qui arrive assez vite dans l’histoire, m’a laissée une impression indélébile. Malaise ? Curiosité ? Nausée ? Tout ça à la fois. Clive Barker nous impose une description très exhaustive et très crue de leur apparence mutilée qui contraste violemment avec l’excitation de Franck, un homme blasé et revenu de tout, qui vient de les invoquer et s’imaginait accéder à un nirvana de plaisirs charnels perpétuel.

 

Une citation

« Il avait espéré des soupirs, des corps alanguis sous les fleurs, à ses pieds, tel un tapis vivant ; des putains adolescentes dont les orifices n’attendraient que son bon vouloir, et dont le savoir-faire l’entraînerait – plus haut, toujours plus haut – vers d’inédites extases. Il oublierait le monde entre leurs bras. Ses désirs l’exalteraient au lieu lieu de lui valoir le mépris coutumier.

Mais non. Ni femmes, ni soupirs. Rien que ces créatures asexuées à la chair creusée de sillons. »

 

Pour finir…

Pour ceux qui sont intéressés par l’univers Hellraiser, je vous recommande de vous plonger dans les comics, qui en explorent plus en profondeur la noirceur et la folie. A réserver toutefois à un public averti!

51-1A2h6TxL

Publicités

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. bennybooksblog dit :

    Je ne savais pas qu’il y avait aussi une série de comics. Intéressant. En tout cas ça me donne tjs envie de le lire 😉

    Aimé par 1 personne

    1. La p'tite Isa dit :

      Merci Ben ;). Je te prête très vite le livre alors!

      J'aime

  2. Nath Aely dit :

    Je n’ai pas lu Hellraiser mais Les evangiles ecarlates qui se passe après. Je pense qu’il devrait te plaire.
    Superbe chronique en tout cas. Merci à toi de t’etre lancee dans La blogo 😉

    Aimé par 1 personne

    1. La p'tite Isa dit :

      On vient effectivement de me les conseiller, il faudra que je m’y intéresse. Merci pour ton avis :))

      Aimé par 1 personne

  3. arkayg dit :

    Chronique au top, comme la première. Tu fais partager ton ressenti sans spoiler, c’est good ! Mon compte en banque va te faire la gueule XD

    Aimé par 1 personne

    1. La p'tite Isa dit :

      Merci buddy :). Tu lui diras que tout est de ma faute, j’assume XD

      Aimé par 1 personne

  4. J’avoue n’avoir lu de Clive Barker que ses livres de sang (adorés) et que la nouvelle qui a inspiré Hellraiser fait partie de ma PAL depuis bien longtemps. Tellement longtemps que je l’avais oublié, bien que j’ai le dernier livre « Les évangiles écarlates » qui traine pas loin

    Merci de m’avoir rappelé qu’il faut que je penche dessus !

    Aimé par 1 personne

  5. Nicolas dit :

    Haaa, Clive Barker… Etudiant, j’avais adoré « Les Livres de Sang », leur style et leur imagination. Son « Sacrements », aussi, quel voyage !
    Mais alors, ce Hellraiser, publié en France sur le tard, quelle cruelle déception. OK, l’univers dépeint et les Cénobites sont géniaux. Mais alors, le style, quelle catastrophe…
    La faute à la traduction ? Beaucoup de phrases sont même bancales en français, on se demande si la traduction a été éditée, ou si Mélanie Fazi, pourtant excellente dans ses nouvelles personnelles, n’a pas envoyé un brouillon à l’éditeur, qui l’aura publié tel quel.

    Quant aux Evangiles écarlates, la « suite », c’est un ratage total. On sent que c’est un livre qui a traîné pendant dans années (plus de 10 ans ?), avant de sortir péniblement, tout y est mal ficelé, mal intégré, des dialogues lamentables, des personnages mal amenés, mal creusés, ne générant aucune empathie ni identification, une intrigue pourrie et bêtassou, et surtout, des décalages complets, sans logique, dans les statuts et importances des personnages. Et puis des idées évoquées et pas exploitées, des enchaînements naïfs. Nul, nul, nul. Ne le sauvent que les visions et « peintures » de l’Enfer, toujours aussi puissantes. Là, clairement, waouw, ça dépotte, la puissance d’évocation des paysages, le souffle dans le spectacle des chairs… Mais pour le reste, que c’est pénible d’être autant déçu.

    J'aime

  6. Audrey dit :

    Je n’ai pas encore lu ce roman ni aucun autre roman de l’auteur d’ailleurs, mais je vais bientôt me lancer dans Hellraiser que j’espère apprécier autant que toi tout en croisant les doigts pour ne pas avoir ce sentiment de rester sur ma faim.
    Grâce à ta chronique, j’ai appris un nouveau mot/concept,splatterpunk,merci 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s